L' Atelier d'écriture

de Super Daddy

© Claude Danis

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

depuis août 2011  

Recherche personnalisée

Accueil Atelier

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Écrivez-moi            Livre d'or 

Les techniques d'animation

Exemple de déclencheurs

Mots-valise

Une expression courante

Jeu de mot et tautogrames

Mots imposés.

Situation fascinante

Alphabet et acrostiche

Autres déclencheurs

Les enfants de Queneau

Poèmes et Haïku

Travail en groupe

Annonce d'offre d'emploi et lettre de motivation.

Lettres de rupture

Faits divers 

Accusation et plaidoirie

Le message mystérieux

Les Cartoons.

Décrire un objet ou un lieu

Un décor inquiétant: énigme

Dialogue

Novellisation

Mettre une histoire en chanson

A vous de m'en suggérer d'autres... 

Faire la synthèse d'une discussion

Textes remarqués

Le départ pour la guerre 

Un accident    L'enfant perdu

Après la mort d'une sœur 

Le rendez-vous  Fin de vie

L'adieu au marin

L'art de finir un roman 

Une conférence de Nasr Eddin

Ma belle-mère un désastre 

    Elle, c'est elle

Les enfants de Queneau

Elle est épatante

 La prière   Noël est triste

Ma première classe

La Fatwa du mollah

L'odeur du café 

La surdité / la cécité

L'informatique!

Heurts de la sortie

Lait de bébé 

Vos enfants ne sont pas vos enfants

La nouvelle carte du Tendre

Le Bourdon    La Faim

Mourir pour vous  

Jean Yann

Lavage de vitres 

6 témoignages sur 14/18

Pourquoi lire ? 

Bibliothérapie 

Le monde de MARTHEMU

The Book

Récits

Langues & Linguistes

 

Presse

Sarko

Merci de me faire part de toutes vos remarques et critiques.

Liens/ Nos Partenaires

compteur :

Google Analytic

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

La surdité est comique, alors que la cécité est tragique.

 

     

 

Prenez Œdipe, par exemple: imaginez qu'au lieu de s'arracher les yeux il se soit crevé les tympans. Ç'aurait été plus logique, en fait, puisque c'est par les oreilles qu'il a appris l'atroce vérité quant à son passé, mais cela n'aurait pas eu le même effet cathartique. Cela pourrait susciter de la pitié, peut-être, mais pas de la terreur. Écoutez le Samson de Milton:

« 0 dark, dark, dark, amid the blaze of noon,

 Irrecoverably dark, without ail hope of day

(« Ô sombre, sombre, sombre, au milieu de la fournaise de midi,

 Irrévocablement sombre, sans espoir de jour. ».)

 Quel cri de désespoir déchirant!

« 0 deaf, deaf, deaf... ( O sourd, sourd, sourd…) »

n'a pas le même pathos évidemment. Comment cela pourrait-il continuer?

« 0 deaf, deaf, deaf, amid the noise of noon,

If Tecoverably deaf, without aU hope of sound

(« Ô sourd, sourd, sourd, parmi les bruits de midi,

Irrévocablement sourd, sans espoir de bruit.) » ?

Non. Bien sûr, vous pourriez arguer que la cécité est une affliction plus grande que la surdité. Si j'avais à choisir entre les deux, je choisirais la surdité, je l'admets. Mais ces deux infirmités sensorielles n'ont pas entre elles que des différences de degré. Culturellement, symboliquement, elles sont antithétiques. Le tragique par opposition au comique. Le poétique par opposition au prosaïque. Le sublime par opposition au ridicule. Une des injures les plus fortes dans notre langue, un peu démodée aujourd'hui, est: « Damn your eyes (maudits soient tes yeux) ! » (beaucoup plus fort que « Fuck you!» et infiniment plus satisfaisant - essayez cela la prochaine fois qu'un butor dans une camionnette blanche essaiera de vous écraser.)

« Damn your ears !» ne fait pas le poids.

 Ou prenez ces vers de Ben Jonson:

« Drink to me only with thine eyes,

And I will pledge with mine

(« Bois à ma santé avec tes yeux

Et je ferai serment avec les miens.) »

Imaginez qu'il ait écrit:

« Drink to me only with thine ears. »

En fait, ce n'est pas plus illogique que de dire buvez avec les yeux. Les deux métaphores sont également impossibles à un niveau conceptuel; en fait une oreille ressemble mieux à une coupe qu'un œil, et vous pourriez même en théorie boire ou au moins laper quelque chose dans une oreille, la vôtre exceptée cependant... Mais ce n'est pas poétique.

Les aveugles sont touchants. Les gens qui voient les considèrent avec compassion, se donnent de la peine pour leur prêter assistance, les aider à traverser des rues passantes, les avertir des obstacles, caresser leur chien. Le chien, la canne blanche, les lunettes noires sont des signes visibles de leur infirmité qui suscitent un mouvement spontané de sympathie. Nous autres durs de la feuille ne disposons d'aucun signe de ce genre susceptible d'induire de la compassion. Nos prothèses auditives sont presque invisibles et nous n'avons pas d'adorable animal chargé de s'occuper de nous. (Quel serait l'équivalent d'un chien d'aveugle pour un sourd? Un perroquet juché sur votre épaule vous braillant dans l'oreille ?) Les gens qui ne vous connaissent pas ignorent que vous êtes sourd jusqu'au moment où ils essaient de communiquer avec vous pendant un certain temps mais sans y parvenir, et alors ils éprouvent de l'irritation plutôt que de la compassion.

 « N'insulte pas un sourd et ne mets pas d'obstacle devant un aveugle », dit la Bible (Lev., XIX, 14). Allons, il n'y a qu'un sadique pour faire un croc en jambe à une personne aveugle, mais même Fred laisse éclater un « Merde alors! » quand elle ne parvient pas à se faire comprendre de moi. Les prophètes et les voyants sont parfois aveugles – Tirésias par exemple - mais jamais sourds. Imaginez-vous en train de poser votre question à la Sibylle et recevant pour toute réponse un « Quoi? Quoi? » irascible.

 Il y a là un conflit inégal entre les deux organes. Les yeux sont les fenêtres de l'âme, ils expriment des sentiments, ils se présentent dans des teintes et des couleurs subtiles, séduisantes, ils débordent de larmes, ils brillent, luisent et pétillent. Les oreilles, eh bien, ce sont plutôt des choses qui ont un drôle d'aspect, surtout quand elles sont écartées, des paquets de nerfs et de peau qui sécrètent du cérumen, produisent des touffes de poils, pas étonnant que les femmes accrochent des boucles d'oreilles à leurs lobes, les hommes aussi bien sûr dans certaines sociétés et à certaines époques, pour distraire l'œil de ce trou poilu qui mène tout droit à votre cerveau. En fait, quelle autre fonction a le lobe de l'oreille? …

…………

Plus tard, au cours de la réception dans la salle des professeurs, j'ai été soumis comme d'habitude à l'épreuve du réflexe de Lombard (essayer d’entendre quelque chose dans une salle bruyante). Il y avait plusieurs infirmes de mon genre parmi les invités âgés qu'attire ce genre de manifestation, et j'ai échangé plusieurs fois des bribes de conversation du genre: «C'est terriblement bruyant ici» - « Quoi? - « J'ai dit que c'est terriblement bruyant ici» « Désolé, je ne vous entends pas, c'est diablement bruyant ici...»

C'est alors que Sylvia Cooper, l'épouse de l'ancien directeur du département d'histoire, m'a embringué dans une de ces conversations où votre interlocuteur dit quelque chose qui ressemble à une citation d'un poème dadaïste, ou à l'une de ces phrases impossibles à la Chomsky, et où vous dites «Quoi?» ou «Je vous demande pardon?» et votre interlocuteur répète les mêmes mots qui, la seconde fois, se révèlent avoir un sens tout à fait banal.

« La dernière loi en danse il faisait si seau, semblait dire Sylvia Cooper, qu'on a passé le plus colère de notre temps dans notre shit, qu'l'eau très derrière des balais.

- QUOI?

- Je disais que la dernière fois en France il faisait si chaud qu'on a passé le plus clair de notre temps dans notre gîte, claustrés derrière les volets.

- Oh, il faisait si chaud que ça? ai-je demandé. Ce devait être pendant l'été 2003.

- Oui, on était prêt à ce que ça sonne à la pelle en droit. Mais malheureusement c'est lâché par les puristes.

- Vous disiez ?

- On était près de Carcassonne, un bel endroit. Mais malheureusement, c'est gâché par les touristes.

- Ah, oui, c'est partout pareil ces temps-ci, ai-je répondu sagement.

- Mais je recommande le sherry. Barque et pique-lasso se sont plaints là, vous savez. Il y a un char à banc remisé dans la poterne.

- Sherry? ai-je dit, dubitatif. .

- Céret, c'est une petite ville aux pieds des Pyrénées, a dit Mrs Cooper quelque peu impatiente. Braque et Picasso ont peint là. Je vous recommande l'endroit.

- Ah, oui, j'y suis allé, me suis-je empressé de dire. Il y a une assez jolie galerie d'art.

- La muse et le lard moderne.

- En effet, ai-je dit en regardant mon verre. Je crois que j'ai besoin de refaire le plein. Puis-je vous rapporter quelque chose?»  

À mon grand soulagement, elle a décliné mon offre.

Après avoir refait le plein, je me suis réfugié en périphérie de la foule, là où je pouvais entendre raisonnablement bien les gens qui m'accostaient.

 

David Lodge 

– La vie en sourdine – p 22 et s. – 155 et s.

Ed. Rivages

Vos commentaires ?

Résumé :

Desmond a des problèmes d'ouïe. Et d'ennui.

Professeur de linguistique fraîchement retraité, il consacre son ordinaire à la lecture du Guardian, aux activités culturo-mondaines de son épouse, dont la boutique de décoration est devenue la coqueluche de la ville, et à son père de plus en plus isolé là-bas dans son petit pavillon londonien.

Lors d'un vernissage, alors que Desmond ne comprend pas un traître mot de ce qu'on lui dit et répond au petit bonheur la chance, une étudiante venue d'outre-Atlantique lance sur lui ce qui ressemble très vite à une OPA. Pourquoi

Desmond ne l'aiderait-il pas à rédiger sa thèse?

Le professeur hésite. Pendant ce temps son père, martial, continue à vouloir vivre à sa guise et son épouse à programmer d'étonnants loisirs...

Comique, tragique, merveilleusement auto-biographique, le nouveau roman de David Lodge s'inscrit dans le droit fil de Thérapie

 

Quelques textes personnels

Poèmes

Emploi du temps

Jour funeste

J'ai oublié...

Invitation au voyage

J'aime

Le Vieux lavoir

La Figale et la fourmi

La ballade du point virgule

Prose

Le temps élastique 

CopierCollerLaVie

Cloddie

Odeurs du pays perdu

Le bruit du vent  

Mon nouveau territoire

Fanfreluche

Ayayail !

Ysolde

Massacres  

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Index des auteurs cités

Tout un site sur

Amour-Humour

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Les concours

2006 - Mots imposés

Liste des prix 

Vos textes et commentaires

Prose

Chansons et poésies

"courtes mais bonnes"

Bulletin de vote

Dépouillement

Classement des textes

Distribution des prix et commentaires

Oeuvres collectives

Alphabet des planètes

Correspondances

Je t'écris d'un pays lointain

Lettre de rupture 

Livre d'or      

Liens Amis

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Amour-humour 

soseducation.org/

histoires de chats

Tout mon grenier

poudreurs d'escampette 

Le monde de MARTHEMU

rj-mignard 

au pieddumur

Échanges de liens proposé

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites