L' Atelier d'écriture

de Super Daddy

© Claude Danis

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

depuis août 2011  

Recherche personnalisée

Accueil Atelier

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Écrivez-moi            Livre d'or 

Les techniques d'animation

Exemple de déclencheurs

Mots-valise

Une expression courante

Jeu de mot et tautogrames

Mots imposés.

Situation fascinante

Alphabet et acrostiche

Autres déclencheurs

Les enfants de Queneau

Poèmes et Haïku

Travail en groupe

Annonce d'offre d'emploi et lettre de motivation.

Lettres de rupture

Faits divers 

Accusation et plaidoirie

Le message mystérieux

Les Cartoons.

Décrire un objet ou un lieu

Un décor inquiétant: énigme

Dialogue

Novellisation

Mettre une histoire en chanson

A vous de m'en suggérer d'autres... 

Faire la synthèse d'une discussion

Textes remarqués

Le départ pour la guerre 

Un accident    L'enfant perdu

Après la mort d'une sœur 

Le rendez-vous  Fin de vie

L'adieu au marin

L'art de finir un roman 

Une conférence de Nasr Eddin

Ma belle-mère un désastre 

    Elle, c'est elle

Les enfants de Queneau

Elle est épatante

 La prière   Noël est triste

Ma première classe

La Fatwa du mollah

L'odeur du café 

La surdité / la cécité

L'informatique!

Heurts de la sortie

Lait de bébé 

Vos enfants ne sont pas vos enfants

La nouvelle carte du Tendre

Le Bourdon    La Faim

Mourir pour vous  

Jean Yann

Lavage de vitres 

6 témoignages sur 14/18

Pourquoi lire ? 

Bibliothérapie 

Le monde de MARTHEMU

The Book

Récits

Langues & Linguistes

 

Presse

Sarko

Merci de me faire part de toutes vos remarques et critiques.

Liens/ Nos Partenaires

compteur :

Google Analytic

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

Proposition 171                     

Pour : fr.groups.yahoo.com/group/atelier_1/

Bonjour, 

Voici la proposition 171 : le pouvoir magique. 

Enfant, on a tous rêvé de posséder un pouvoir magique : être invisible, se trouver à 2 endroits à la fois, pouvoir voler, ... 

Je vous propose aujourd'hui d'exploiter ce rêve. 

Choisissez *un seul* pouvoir magique (sinon c'est trop facile) et donnez-le à un personnage (qui peut être vous-même ou quelqu'un d'entièrement fictionnel). 

Que se passe-t-il alors ? Comment le personnage utilise-t-il son don ? Que lui arrive-t-il ? 

A vous d'écrire le texte ! 

Vous avez évidemment toute latitude pour le choix du pouvoir magique et ses conditions d'utilisation, classiques ou fantaisistes!

 Valérie.

 

Le temps est élastique

Ne dit-on pas «un instant de bonheur» ou «un long calvaire» ?   

Enfant, je voulais toujours que les choses arrivent plus vite.   

Bien sur, je n’étais pas le seul : tous les enfants n’attendent-ils pas impatiemment Noël ou les vacances, ou l’heure de la récréation ou celle du goûter ?  

Moi, ce dont je rêvais, c’est de disposer d’une manette pour pouvoir arrêter le temps, ou, du moins, le ralentir ou l’accélérer à volonté, un peu comme mon père pouvait régler la vitesse de notre voiture… Je m’indignais jusqu’à la colère, de mon impuissance à faire venir les bonnes choses plus tôt, ou à les faire durer plus longtemps, alors que, d’un autre coté, les mauvaises, comme les cent lignes à écrire comme punition, me semblaient ne jamais devoir finir.  

Plus tard, j’ai lu cette nouvelle de Dino Buzzati (dans « Le K », je crois), où l’Enfer est un lieu où les gens semblent vivre comme sur terre, mais où le Diable, à l’aide d’un levier semblable à celui d’un aiguillage, a le pouvoir de ralentir, arrêter, ou accélérer à l’extrême les mouvements de la foule. En cela consistait la punition des pécheurs : flotter tous ensembles, comme des bouchons sur une mer capricieuse, dans l’océan du temps, être emportés par une vague monstrueuse, ou stagner, inertes, dans un calme blanc suffoquant de chaleur moite…  

Dans une autre nouvelle de cet auteur, tirée de « L’écroulement de la Baliverna », un savant fou invente une « machine à arrêter le temps,» pour permettre aux habitants de la ville où elle est installée de prolonger leur vie. Mais cette machine fonctionne dans les deux sens : il suffit d’un rien pour la dérégler, et le temps, au lieu de ralentir, s’accélère jusqu’à l’infini, « et quelques secondes avaient suffi pour engloutir un quart de siècle.»  

Plus tard encore, j’ai appris que le temps n’était qu’une quatrième dimension de l’espace, qu’on pouvait imaginer, en s’éloignant de la terre à une vitesse proche de la lumière, y revenir ensuite, pour retrouver notre monde plus vieux de quelques dizaines ou centaines d’années. Et qu’on peut également, en observant des galaxies très éloignées, recevant la lumière qu’elles ont émise, savoir comment était notre univers il y a quelques millions d’années.  

Nous voilà bien loin de mon rêve d’enfant, comme je suis loin de cet age de rêve, et la vie m’a appris une chose que tout le monde finit par savoir : le temps a une étendue propre à chacun de nous : plus on vieillit, plus il s’accélère.  

Je ne sens plus le temps passer : j’oublie ma casserole sur le feu, le printemps est déjà là, mais non ! C’est l’été ! Je mène une course contre le temps pour finir ce que je voudrais faire dans cette vie trop courte, et je voudrais, comme les pharaons, laisser ma petite pyramides pour que le temps ne m’oublie pas. 

Cloddy

Vos commentaires ?

Vos commentaires ?

 

  Jolie dissertation sur le temps. Oui, laisser sa petite pierre avant de partir, ce ne serait déjà pas si mal, ce serait un hommage à ceux que l'on quitte. J'ai toujours été fascinée par l'élasticité du temps aux diverses époques de la vie. Le temps est un chewing-gum qui colle aux dents au début, s'étire sous nos petits doigts, puis finit en peau de chagrin dans le sillage des nôtres.  "Le temps est assassin et emporte avec lui le rire des enfants". Mais il reste parfois, et bien des années après, tout au fond de la boîte, quelques "Mistrals gagnants " qu'on avait oubliés.  Il suffit simplement de bien chercher !   CLOCLO  

As-tu aussi remarqué le mauvais goût que prend le chewing-gum si on le garde trop long temps ? Cloddy

J'aime bien ce retour avec ce clin d'œil à Renaud; 

pour Brassens le temps est un barbare dans le genre 

d'Attila au cœur : où son cheval passe, 

l'amour ne repousse pas.

Ce matin il m'est venu un Haïku :
Allons vers hier
Le temps est un élastique
Un hélas tic-tac.                                 Philippe.André

Belle réflexion philosophique sur l'élasticité du temps.... Avec Buzzati comme référence! Difficile de trouver un meilleur exemple. Tu as raison, c'est dans le K et plus exactement dans "voyage aux enfers du siècle"  qu'il évoque ce phénomène... Mais autant j'approuve tes références, autant je pense que tu as tort de considérer que l'entrée dans l'âge de sagesse nous éloigne de celui  des rêves..... Que nous resterait-il alors d'autre, que cette horrible accélération du temps vers le néant ?.Chaque rêve posé, rallonge la route qui file, comme autant d'escales, d'interstices où glisser  les souvenirs: les vrais et les faux, peu importe.... Ta réflexion est juste et élégamment formulée; mais pourquoi te priver du temps de l'imaginaire, extensible à l'infini? Pourquoi sommes-nous là à écrire? .... Peut-être pour construire de dérisoires auberges espagnoles que le vent détruira après notre passage... Qu'importe, si chaque halte est un peu de temps gagné sur la mort! Alors invente-nous cette machine à ralentir le temps qui file....Juste pour le plaisir de "souffler" un peu....en sautant, le temps d'une lecture, hors du tapis roulant   Amitiés. Cath en 24h     

Bien de ton avis : il nous éloigne de l'age de rêve de l'enfance... Mais les rêves d'aujourd'hui restent : Ils sont nourris de nos souvenirs. ...de nos lectures, de ce que nous tentons de fixer, comme une photographie de cinéma, qui s'échapperait de la pellicule... Alors "haltons-nous", pour gagner du temps. Cloddy

Avec ton autorisation je te confisque la formule "Haltons-nous pour gagner du temps!"
et pour rester dans le même esprit: Devise du jour "Plus on vit longtemps et moins ça fera de temps à être mort." (JM Gourio)   Cath

Très jolie devise, et pleine d'optimisme, comme chez P Desproges "Rions un peu en attendant la mort "... Décidément, j'ai réveillé de bien sombres pensées!!! (:-!) ... Je pense aussi à Brassens avec sa Camarde qui ne lui a jamais pardonné...  Cloddy

Il y a aussi : "l'éternité, c'est long, surtout vers la fin !" CLOCLO
C'est de Jean Yanne... Non ?        

oui j'aime. C'est Woody Allen..... l'auteur de celles-ci aussi :
"Je ne crois pas en l'au-delà mais j'emmènerai quand même des sous-vêtements de rechange"
"Ce n'est pas que j'aie vraiment peur de mourir, mais je préfère ne pas être là quand ça arrivera"    Cath

Et de Léo spécialement pour les amateurs de tango:
"Ah c'que les femm's ont pu me plaire
ah c'que j'ai pu... j'étais si beau
Faudrait pouvoir faire marche arrière
Comme on l'fait pour danser l'tango!"    Philippe André

Voici quelques belles choses de dîtes sur le temps qui nous colle à la peau :
Connais tu une histoire flamande (je ne parle pas de ses minables histoires Belges)... intitulée le poirier de Misère ? Misère possède un poirier dont les garnements maraudent tous les fruits. Un jour la mort lui propose un marché  ton âme contre un piège à maraudeur ; aussitôt dit aussitôt signé ; les maraudeurs restent prisonniers de l'arbre ; la mort qui a quelque client à récupérer monte elle aussi dans l'arbre et y reste prisonnière ; le temps s'arrête  ; plus personne ne meurt... Au début tout le monde se réjouit Misère y compris ; mais peu à peu l'ennui gagne et chacun vient la supplier de désenchanter l'arbre qui retient la mort... De guerre lasse Misère fini par désenchanter l'arbre : le temps et la mort s'écoulent à nouveau... Ad. Novel

Très belle histoire. Merci. Je la garde sur mes tablettes.... Cloddy.

Merci Cloddy pour cette écriture qui me plait beaucoup et pour ce temps de méditation sur le temps. par rapport à la vitesse qui s'accélère à mesure que l'on avance dans le temps l'idée mathématique m'a été soufflée d'une relation entre la quantité de temps déjà vécue et la durée de temps prise en considération, par exemple pour un homme de cinquante ans, l'année en cours ne représente qu'un cinquante et unième de sa vie alors que pour un enfant de cinq ans elle en représente un sixième, ce qui est beaucoup plus long, pour un enfant de deux ans la moitié, pour un centenaire le centième etc.. bon j'ai une casserole sur le feu. Philippe André

Un peu en retard mais, je suis souvent en retard. Manque de temps ? Même pas, mais certains textes demandent une plus grande attention, alors je prends mon temps.
  Mais quand tu dis "le temps a une étendue propre à chacun de nous : plus on vieillit, plus il s'accélère", n'est-ce pas plutôt que c'est la masse de choses que l'on veut faire qui mangent notre temps ? Car une seconde, une minute ou une heure passent toujours de la même façon. Tout dépend de ce que l'on en fait...  Amitiés   Nicole

Bonjour Nicole, Merci de ton intérêt.  Ce qui "mange notre temps", ne serait-ce pas plutôt les choses désagréable qu'on est obligé de faire déclaration aux impôts, ménage et repassage... au lieu de "prendre le temps de vivre".

Je suis d'accord avec toi si nous parlons du temps "objectif", celui qui s'écoule pour une horloge sans âme ni sentiment (encore que la théorie de la relativité prétende qu'une horloge qui se déplacerait à une vitesse proche de celle de la lumière avancerait moins vite - ou plus vite ? je ne sais plus ! - qu'une autre qui serait immobile - par rapport à quoi ? ). Je parle du sentiment que l'on a du temps ou de la durée et tout le monde sera d'accord pour dire que le temps semble passer plus lentement quand on a "cent lignes à écrire comme punition"... Tu peux aussi lire les remarques des autres ateliéristes, 

notamment celle de Philipe André vers la fin : "pour un homme de cinquante ans, l'année en cours ne représente qu'un cinquante et unième de sa vie alors que pour un enfant de cinq ans elle en représente un sixième, ce qui est beaucoup plus long, pour un enfant de deux ans la moitié" Bien amicalement Cloddy

Je suis d'accord avec toi, mais tu me parles de relativité là. Tu peux avancer tous les arguments que tu veux, une minute restera toujours une minute, et j'ai très bien compris le sens de ton texte, mais les choses désagréables font partie de notre vie et je préfère profiter des moments heureux, même s'ils passent plus vite. Mais tu as raison sur le principe, on a cette impression que le temps passe plus vite à partir du moment où l'on rentre dans la vie adulte. Amitiés. Nicole.

Bonsoir Cloddy,  J'ai pris le temps de lire vos échanges sur le temps, qui m'avaient déjà interpellée. Notamment ça :"'pour un homme de cinquante ans, l'année en cours ne représente qu'un cinquante et unième de sa vie alors que pour un enfant de cinq ans elle en représente un sixième, ce qui est beaucoup plus long, pour un enfant de deux ans la moitié" Je me suis déjà fait cette réflexion , notamment lorsque je travaillais au milieu de bébés et jeunes enfants. Les 2 premières années de vie sont celles où l'on évolue le plus et où l'on apprend le plus de choses en si peu de temps : la marche , le langage, la propreté, l'indépendance, ....Tous ces progrès d'enfants , tous ces changements, sont magiques à observer même si c'est désespérant pour nous adultes de penser que nous ne connaîtrons plus de progrès à la fois aussi nombreux, énormes et rapides que ceux que nous avons vécus à l'âge tendre .

Sur ce , il est temps pour moi d'aller rejoindre Morphée. Amicalement. Estelle.

Réponse : Très jolie observation, et qui nous renvoie au sentiment que l'on a du temps : pour un enfant qui assimile beaucoup de choses en une année, cette année "contiendrait" davantage que pour un adulte. Donc, ce ne serait pas le temps lui-même qui serait élastique comme le disaient Cloclo ou Philippe André, mais sont "contenu" plus ou moins "dense" ? Ne rejoignons-nous pas alors les remarques de Nicole ? Cloddy

 

 

 

Quelques textes personnels

Poèmes

Emploi du temps

Jour funeste

J'ai oublié...

Invitation au voyage

J'aime

Le Vieux lavoir

La Figale et la fourmi

La ballade du point virgule

Prose

Le temps élastique 

CopierCollerLaVie

Cloddie

Odeurs du pays perdu

Le bruit du vent  

Mon nouveau territoire

Fanfreluche

Ayayail !

Ysolde

Massacres  

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Index des auteurs cités

Tout un site sur

Amour-Humour

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Les concours

2006 - Mots imposés

Liste des prix 

Vos textes et commentaires

Prose

Chansons et poésies

"courtes mais bonnes"

Bulletin de vote

Dépouillement

Classement des textes

Distribution des prix et commentaires

Oeuvres collectives

Alphabet des planètes

Correspondances

Je t'écris d'un pays lointain

Lettre de rupture 

Livre d'or      

Liens Amis

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Amour-humour 

soseducation.org/

histoires de chats

Tout mon grenier

poudreurs d'escampette 

Le monde de MARTHEMU

rj-mignard 

au pieddumur

Échanges de liens proposé

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites