L' Atelier d'écriture

de Super Daddy

© Claude Danis

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

depuis août 2011  

Recherche personnalisée

Accueil Atelier

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Écrivez-moi            Livre d'or 

Les techniques d'animation

Exemple de déclencheurs

Mots-valise

Une expression courante

Jeu de mot et tautogrames

Mots imposés.

Situation fascinante

Alphabet et acrostiche

Autres déclencheurs

Les enfants de Queneau

Poèmes et Haïku

Travail en groupe

Annonce d'offre d'emploi et lettre de motivation.

Lettres de rupture

Faits divers 

Accusation et plaidoirie

Le message mystérieux

Les Cartoons.

Décrire un objet ou un lieu

Un décor inquiétant: énigme

Dialogue

Novellisation

Mettre une histoire en chanson

A vous de m'en suggérer d'autres... 

Faire la synthèse d'une discussion

Textes remarqués

Le départ pour la guerre 

Un accident    L'enfant perdu

Après la mort d'une sœur 

Le rendez-vous  Fin de vie

L'adieu au marin

L'art de finir un roman

Ma belle-mère un désastre 

    Elle, c'est elle

Les enfants de Queneau

Elle est épatante

 La prière   Noël est triste

Ma première classe

La Fatwa du mollah

L'odeur du café 

La surdité / la cécité

L'informatique!

Heurts de la sortie

Lait de bébé 

Vos enfants ne sont pas vos enfants

La nouvelle carte du Tendre

Le Bourdon    La Faim

Mourir pour vous  

Jean Yann

Lavage de vitres 

6 témoignages sur 14/18

Pourquoi lire ? 

Bibliothérapie 

Le monde de MARTHEMU

The Book

Récits

Langues & Linguistes

 

Presse

Sarko

Merci de me faire part de toutes vos remarques et critiques.

Liens/ Nos Partenaires

compteur :

Google Analytic

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Pourquoi lire ?

Que peuvent bien faire tous ces gens qui déambulent dans les rayons de la Fnac, certains s’adossant à un mur ou s’asseyant carrément pendant de longues minutes ? 
Que fait cet homme immobile sur un banc depuis une heure, et qui semble retiré du monde ? Que fait cette femme assise dans le métro, si passionnée par ce qu’elle tient en main qu’elle vient de bondir au dernier moment pour sortir ? 
Que fait ce randonneur allongé au soleil dont les yeux se détournent du magnifique paysage qui l’entoure ? 
Que font-ils tous, ces rêveurs solitaires ?

Ils lisent !

Ils se livrent, pieds et surtout poings liés, à ce petit objet nommé livre. Lire… N’est-ce pas justement du « temps perdu » ?

Une activité intellectuelle donc suspecte, en tout cas désuète, un plaisir trop solitaire, un isolement des réalités, une astreinte inutile et ennuyeuse, une survivance du passé...

Les rêveries des modernes promeneurs solitaires que nous croisons, équipés d’écouteurs, n’évoquent plus Jean-Jacques Rousseau. On ne s’isole plus du monde pour la lecture mais pour l’écoute ou la consultation de ses messages. Et quand on aime la vie, on va au cinéma, c’en est même devenu un slogan publicitaire.

Pourtant de nombreux films sont des adaptations de livres. Harry Potter est bien au départ un héros de roman. Le seigneur des anneaux existait déjà avant les films.

Et un livre de deux cents pages n’est-il pas plus riche qu’un film de deux heures ? La preuve : pour l’adapter au cinéma, il faut couper, élaguer, simplifier…

Voir un film reste plus « facile » que lire le livre dont il est tiré.

La facilité serait-elle donc la condition de nos joies ? L’effort est-il l’ennemi du bonheur ? Je rappellerais juste combien il est difficile de monter sur un vélo la première fois : va-t-on renoncer à en faire pour cette raison ?

Comme dit le proverbe et bien que l’on puisse le regretter, les alouettes ne tombent pas toutes rôties dans le bec ! Mais si on doit les chasser, les transporter, les cuisiner, peut-être ont-elles meilleur goût ?

Devenir exigeant pour soi-même

Oui, lire un livre n’est pas facile, ou plutôt il est difficile de commencer à lire. Ensuite, l’esprit plus agile, la lecture plus rapide, on devient, soi-même, difficile. On ne se contente plus de peu. On cherche, et on trouve, de meilleurs livres, de grands livres qui nous marquent toute notre vie – inoubliables. On s’enhardit, on s’aventure…

Voici ce qu’écrit un écrivain américain de science-fiction, Harlan Ellison :

« Un livre est une aventure qui exige participation. Il exige un acte de création au départ, et un acte de création au moment où il fonctionne. L’auteur rêve le rêve et le couche sur le papier ; le lecteur (ou la lectrice) réinterprète le rêve en termes personnels, avec sa vision personnelle, au moment où il (ou elle) le lit. Chacun crée un monde. Le livre n’est qu’un gabarit, un moule (…) À la différence des films et de la télévision, qui sont uniquement des spectacles, le livre exige que ses mots soient activés par les yeux et par l’intellect du lecteur. »

Impliqué personnellement dans sa lecture, le lecteur en tire profit, ce qui cloue le bec à une remarque récurrente : lire sert à quelque chose.

Un livre, demandant plus de concentration, forme mieux que l’image à la réflexion. En lisant, on mémorise la bonne orthographe et le style correct, on trouve des idées et des arguments, on découvre des expériences qui nous manquent, des paysages inconnus, des gens merveilleux, des endroits et des époques fascinants.

Lire pour s’enrichir

On s’évade dans un rêve éveillé dans lequel on devient son propre metteur en scène, on n’est plus tributaire d’un lieu ou d’un moment : on peut lire n’importe où, n’importe quand. Et n’importe comment : contrairement au film où tout nous est imposé par le metteur en scène, le livre nous permet cette réinterprétation dont parle Ellison, cette participation à la vision de l’auteur, qui stimule notre esprit, enrichit notre imagination, développe notre créativité.

Le livre ne nous rend pas passifs. C’est le contraire : il nous apprend à penser par nous-mêmes, à rêver nos propres rêves à travers ceux d’un autre. Et pensons au choix ; les livres existent par millions, trésors accumulés par les siècles, qui attendent qu’on les mette entre nos mains, sous nos yeux.

Alors, faites l’effort d’ouvrir un livre, et tôt ou tard vous allez vous régaler !

Dans et d'après François Louvard - publié le 28 janvier 2014

http://www.soseducation.org/le-petit-reporter/280114/Pourquoi-lire...2

Voir aussi The Book 

Et aussi : Bibliothérapie

 

Quelques textes personnels

Poèmes

Emploi du temps

Jour funeste

J'ai oublié...

Invitation au voyage

J'aime

Le Vieux lavoir

La Figale et la fourmi

La ballade du point virgule

Prose

Le temps élastique 

CopierCollerLaVie

Cloddie

Odeurs du pays perdu

Le bruit du vent  

Mon nouveau territoire

Fanfreluche

Ayayail !

Ysolde

Massacres  

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Index des auteurs cités

Tout un site sur

Amour-Humour

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Les concours

2006 - Mots imposés

Liste des prix 

Vos textes et commentaires

Prose

Chansons et poésies

"courtes mais bonnes"

Bulletin de vote

Dépouillement

Classement des textes

Distribution des prix et commentaires

Oeuvres collectives

Alphabet des planètes

Correspondances

Je t'écris d'un pays lointain

Lettre de rupture 

Livre d'or      

Liens Amis

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Amour-humour 

soseducation.org/

histoires de chats

Tout mon grenier

poudreurs d'escampette 

Le monde de MARTHEMU

rj-mignard 

au pieddumur

Échanges de liens proposé

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites