L' Atelier d'écriture

de Super Daddy

© Claude Danis

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

depuis août 2011  

Recherche personnalisée

Accueil Atelier

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Écrivez-moi            Livre d'or 

Les techniques d'animation

Exemple de déclencheurs

Mots-valise

Une expression courante

Jeu de mot et tautogrames

Mots imposés.

Situation fascinante

Alphabet et acrostiche

Autres déclencheurs

Les enfants de Queneau

Poèmes et Haïku

Travail en groupe

Annonce d'offre d'emploi et lettre de motivation.

Lettres de rupture

Faits divers 

Accusation et plaidoirie

Le message mystérieux

Les Cartoons.

Décrire un objet ou un lieu

Un décor inquiétant: énigme

Dialogue

Novellisation

Mettre une histoire en chanson

A vous de m'en suggérer d'autres... 

Faire la synthèse d'une discussion

Textes remarqués

Le départ pour la guerre 

Un accident    L'enfant perdu

Après la mort d'une sœur 

Le rendez-vous  Fin de vie

L'adieu au marin

L'art de finir un roman 

Une conférence de Nasr Eddin

Ma belle-mère un désastre 

    Elle, c'est elle

Les enfants de Queneau

Elle est épatante

 La prière   Noël est triste

Ma première classe

La Fatwa du mollah

L'odeur du café 

La surdité / la cécité

L'informatique!

Heurts de la sortie

Lait de bébé 

Vos enfants ne sont pas vos enfants

La nouvelle carte du Tendre

Le Bourdon    La Faim

Mourir pour vous  

Jean Yann

Lavage de vitres 

6 témoignages sur 14/18

Pourquoi lire ? 

Bibliothérapie 

Le monde de MARTHEMU

The Book

Récits

Langues & Linguistes

 

Presse

Sarko

Merci de me faire part de toutes vos remarques et critiques.

Liens/ Nos Partenaires

compteur :

Google Analytic

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

Ma première classe et autres soucis

 

 

 

  Ma première classe par F McCourt

  L'écriture 

 Présentation

 Ma première classe par D Kennedy

  Bulletin de notes

 

Ma première classe

 Le problème du sandwich a débuté quand un garçon du nom de Petey a hurlé, 

"Y a quelqu'un qui veut un sandwich à la mortadelle?
  - Tu rigoles? Elle doit vraiment pas te blairer, ta mère, pour te filer des sandwichs comme ça."
   Petey a jeté le sachet en papier du sandwich sur le détracteur, Andy, et les élèves se sont mis à crier. "Baston, baston ! ils disaient. Baston, baston !" 

Le sachet a atterri par terre entre le tableau et le pupitre d'Andy, au premier rang.
   Je suis sorti de derrière mon bureau et j'ai émis le premier son de ma carrière d'enseignant: 

"Eh !"

Après quatre années d'études à l'université de New York, la seule chose que j'avais réussi à trouver, c'était "Eh!"
   Je l'ai répété. "Eh!"
   lis ne m'ont pas prêté attention, trop occupés à encourager la bagarre qui allait nous faire perdre du temps et me détourner du cours que j'avais sans doute préparé. Je me suis;approché de Petey et j'ai fait ma première déclaration d'enseignant, 

"Cesse de jeter des sandwichs." 

Petey et la classe ont eu l'air interloqués. Le prof, le nouveau prof, venait d'interrompre une bonne bagarre. Les nouveaux profs sont censés s'occuper de leurs oignons ou envoyer chercher le proviseur ou un pion, et tout le monde sait bien que ça mettra des plombes avant qu'ils se pointent. Ce qui veut dire qu'en attendant on peut se taper une bonne bagarre. En plus, qu'est-ce qu'on va faire avec un prof qui dit de cesser de jeter des sandwichs alors que le sandwich on l'a déjà jeté ?
   Benny a crié du fond de la salle. "Hé, Prof, yi' a déjà j'té l'sanouiche. ... ... 

 

Vos commentaires ?

L'écriture.

Extrait de "Teacher Man" - page 346 et s.

Écoutez. Vous m'écoutez? Vous n'écoutez pas. Je m'adresse à ceux d'entre vous qui pourraient être intéressés par l'écriture. 

À chaque instant de votre vie, vous écrivez. Même pendant vos rêves, vous écrivez. Quand vous arpentez. les couloirs de ce lycée et que vous croisez différentes personnes, vous écrivez frénétiquement dans votre tête. Et le plus important. Vous devez prendre une décision, une décision pour dire bonjour. Allez-vous faire un signe de tête? Allez-vous sourire? Allez vous dire, Bonjour, monsieur Baumel ? ou allez-vous seulement dire, Bonjour. Vous apercevez quelqu'un que vous n'appréciez pas. Nouvelle crise d'écriture mentale. Une décision à prendre. Détourner la tête? Le dévisager en passant? Paire un signe de tête? Murmurer, Salut? Vous apercevez quelqu'un qui vous plaît et vous dites, Salut, d'une voix tendre et enjôleuse, un Salut qui évoque le splash d'une rame qui fend l'eau, l'envol des violons, des yeux brillants au clair de lune. II y a tellement de manières de dire Salut. De le murmurer, de le roucouler, de le gueuler, de le chanter, de le beugler, de le hurler, de le dire en riant, en toussant. Une petite promenade dans le couloir occupe plusieurs paragraphes, des phrases dans votre tête, des décisions à foison. 

Je vais vous montrer ça d'un point de vue masculin parce que les femmes, pour moi, restent un grand mystère. Je pourrais vous raconter des histoires. Vous écoutez? II y a une fille du lycée dont vous êtes amoureux. Vous apprenez qu'elle a rompu avec quelqu'un et que le champ est libre. Vous aimeriez sortir avec elle. Oh, les crépitements de l'écriture vous envahissent la tête. Peut-être faites-vous partie de ces jeunes gens décontractés qui parviennent à approcher Hélène de Troie avec désinvolture, à lui demander comment elle va depuis le siège, et à dire que vous connaissez un petit resto grec sympa dans les ruines d'llium. Le personnage décontracté, le séducteur, n'a pas besoin de beaucoup travailler le scénario. Les autres, comme moi, écrivent. Tu l'appelles pour savoir si elle passera la soirée avec toi samedi soir. Tu es inquiet. Un refus te conduirait au bord du gouffre, à l'overdose. Tu lui dis, dans le combiné, que tu es en cours de physique avec elle. Elle répond, d'un air perplexe, Ah, ouais. Tu lui demandes si elle est libre samedi soir. Elle est déjà prise. Elle a quelque chose de prévu, mais tu la soupçonnes de mentir...

... ... 

 

Voir plus bas, "Ma première classe" par Douglas Kennedy

 

Présentation de Frank McCourt

 Page 4 de couverture:

Après avoir enchaîné les petits métiers, Frank McCourt se décide enfin à utiliser son diplôme d'enseignant. Premier poste: un lycée technique de Staten Island; premiers élèves: des fauves. Quelle attitude adopter? Au risque de fâcher sa hiérarchie, Frank choisit la ruse. Les élèves font des batailles de sandwichs? Il les attrape au vol et les mange. Ils sont régulièrement en retard? Il y voit une occasion de leur enseigner l' écriture en leur faisant rédiger les excuses d'Ève ou de Judas. Ils n'écoutent pas en cours? Il les intrigue, les étonne, les subjugue grâce à des anecdotes sur son enfance irlandaise, histoires qui vont captiver les élèves les plus rétifs et bouleverser des générations de lecteurs du monde entier. 

« (...) les professeurs d'aujourd'hui y trouveront toutes sortes de bonnes recettes pour ne pas perdre la face à l 'heure du chahut. McCourt ferait un excellent ministre de l'Éducation nationale.» André Clavel - L'Express 

Également chez Pocket : C'est comment l'Amérique? www.pocket.fr  

 

Ma première classe par Douglas Kennedy

Le lundi matin, en arrivant sur le campus, mon anxiété était à son comble. Non seulement c'était ma toute première journée d'enseignante, mais en entrant dans la salle de cours avec un sourire que je voulais assuré je n'ai pu repousser une idée accablante: « Ils sont tous en train de se dire que je ne suis pas Deborah Holder... »
Le premier cours de la matinée portait sur « La singularité en Amérique », une étude des tendances poétiques expérimentales, depuis Ezra Pound jusqu'à Allen Ginsberg. D'après ses notes, Deborah Holder avait prévu de commencer en étudiant le poème de Wallace Stevens «Thirteen Ways of Looking at a Blackbird» «(Treize façons de regarder un merle»), ce monument de virtuosité qui fascinait tant mon amie Christy. Debout au pupitre, j'ai observé un instant mes dix-sept étudiants, dont j'avais tenu à apprendre les noms par cœur pendant le week-end. Ils paraissaient tous à moitié endormis, accablés d'ennui à l'avance. J'ai inscrit au tableau noir mon nom et mon numéro de poste téléphonique. Mes doigts tremblants menaçaient à tout moment de lâcher le bout de craie.
J'avais le trac, tout simplement. Comme toutes les formes de nervosité exacerbée, il naît d'une appréhension irrationnelle commune à tous les êtres humains, en particulier les adultes: celle d'être « démasqué », de trahir par quelques mots mal choisis l'intrinsèque supercherie de sa position d'autorité, de révéler au monde entier que l'on ne croit pas soi-même une minute à ce que l'on prétend être. J'ai fermé les yeux une seconde en me disant que je devais continuer à tenir mon rôle sur scène, coûte que coûte, puis je me suis retournée pour faire face à ma classe.
- Bien, commençons.
Après avoir inspiré profondément, je me suis mise à parler, mon incertitude initiale cédant peu à peu le pas à la sensation que mon discours était convaincant. J'ai d'abord reconnu la difficulté qui consistait à reprendre
le cours de Deborah Holder, ne prétendant pas me substituer à quelqu'un en tout point irremplaçable, puis j'en suis venue au poème de Stevens en remarquant que
celui-ci se focalisait sur une idée à la fois simple et complexe, ainsi que le titre le résumait.
- « Regarder », interpréter ce que le monde nous offre détermine en grande partie le cours de notre existence. La perception est la source de tout. Chacun de nous choisit la manière dont il ou elle veut considérer la réalité. Cette perception se transforme avec l'âge, certainement, mais nous restons toujours conscients qu'il y a au moins « treize façons de regarder un merle », comme,
Stevens le dit si pertinemment. Comme tant d'aspects de la vie qui se situent au-delà du constat empirique, il n'existe pas d'unicité de point de vue. Là encore, la subjectivité domine.
Tout en percevant que certains concepts employés avaient quelque peu dérouté mes jeunes auditeurs, j'étais toutefois satisfaite de cette première prestation et
j'ai été presque certaine d'avoir retenu leur attention.
Pendant un moment, en tout cas. 

(Quitter le monde, Pocket, p.208-210)

 

Vos commentaires ?

 

Bulletin de notes

 

Cité par    "boufette" dans couples mixtes forum
              

              

Quelques textes personnels

Poèmes

Emploi du temps

Jour funeste

J'ai oublié...

Invitation au voyage

J'aime

Le Vieux lavoir

La Figale et la fourmi

La ballade du point virgule

Prose

Le temps élastique 

CopierCollerLaVie

Cloddie

Odeurs du pays perdu

Le bruit du vent  

Mon nouveau territoire

Fanfreluche

Ayayail !

Ysolde

Massacres  

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Index des auteurs cités

Tout un site sur

Amour-Humour

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Les concours

2006 - Mots imposés

Liste des prix 

Vos textes et commentaires

Prose

Chansons et poésies

"courtes mais bonnes"

Bulletin de vote

Dépouillement

Classement des textes

Distribution des prix et commentaires

Oeuvres collectives

Alphabet des planètes

Correspondances

Je t'écris d'un pays lointain

Lettre de rupture 

Livre d'or      

Liens Amis

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Amour-humour 

soseducation.org/

histoires de chats

Tout mon grenier

poudreurs d'escampette 

Le monde de MARTHEMU

rj-mignard 

au pieddumur

Échanges de liens proposé

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites