L' Atelier d'écriture

de Super Daddy

© Claude Danis

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

depuis août 2011  

Recherche personnalisée

Accueil Atelier

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Écrivez-moi            Livre d'or 

Les techniques d'animation

Exemple de déclencheurs

Mots-valise

Une expression courante

Jeu de mot et tautogrames

Mots imposés.

Situation fascinante

Alphabet et acrostiche

Autres déclencheurs

Les enfants de Queneau

Poèmes et Haïku

Travail en groupe

Annonce d'offre d'emploi et lettre de motivation.

Lettres de rupture

Faits divers 

Accusation et plaidoirie

Le message mystérieux

Les Cartoons.

Décrire un objet ou un lieu

Un décor inquiétant: énigme

Dialogue

Novellisation

Mettre une histoire en chanson

A vous de m'en suggérer d'autres... 

Faire la synthèse d'une discussion

Textes remarqués

Le départ pour la guerre 

Un accident    L'enfant perdu

Après la mort d'une sœur 

Le rendez-vous  Fin de vie

L'adieu au marin

L'art de finir un roman 

Une conférence de Nasr Eddin

Ma belle-mère un désastre 

    Elle, c'est elle

Les enfants de Queneau

Elle est épatante

 La prière   Noël est triste

Ma première classe

La Fatwa du mollah

L'odeur du café 

La surdité / la cécité

L'informatique!

Heurts de la sortie

Lait de bébé 

Vos enfants ne sont pas vos enfants

La nouvelle carte du Tendre

Le Bourdon    La Faim

Mourir pour vous  

Jean Yann

Lavage de vitres 

6 témoignages sur 14/18

Pourquoi lire ? 

Bibliothérapie 

Le monde de MARTHEMU

The Book

Récits

Langues & Linguistes

 

Presse

Sarko

Merci de me faire part de toutes vos remarques et critiques.

Liens/ Nos Partenaires

compteur :

Google Analytic

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Folklore de Constantinople :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

 

CLODDIE                                aller au  chapitre 2   chapitre 3

C’est le début d’un roman ou d’une nouvelle…

 

 

Cloddie en avait plus qu’assez !

A trente sept ans, c’est vrai, sa vie ne pouvait pas être considérée comme un échec : mariée à vingt et un ans, elle avait connu des jours heureux, une entente passionnée avec Eric, la naissance de leur trois enfants, leur mission de six ans  à l’Institut Français de Buenos-Aires… Ça, c’était la grande vie ! Leurs doubles salaires de professeurs expatriés leur permettaient d’habiter une somptueuse villa sur les hauteurs de la ville, où les enfants pouvaient courir dans le grand parc. Maria s’occupait d’eux, et son mari, Ernesto, faisait pousser, à profusion, fleurs et légumes dans le jardin qu’il y avait créé… Ainsi, après leur travail d’enseignants, ils n’avaient plus aucun soucis : ce n’était plus que sorties au théâtre ou à l’opéra, club de tango ou de tennis, chevauchés dans la pampa et dîners chez les uns ou les autres. La petite colonie francophone de Buenos-Aires était tellement dynamique !

Et les longues vacances  qu’ils avaient passées à la fin de leur mission ! Ils avaient imaginé boucler le tour du monde en traversant le continent jusqu’à Valparaiso, puis en séjournant quelque temps aux îles Marquises, puis aux Indes et à Madagascar, avant de rentrer en France. Cela leur avait pris près d’un an. Les enfants étaient assez grands, la plus petite, Charlotte, avait déjà neuf ans, et ils avaient pu vraiment en profiter. Et comme Éric était joyeux à cette époque ! Et enthousiaste ! Il était intarissable dans les récits qu’il faisait aux enfants, à chaque étape de notre voyage, sur les voyages des Bougainville, Cook et Vasco de Gama ou Pierre Loti, qui avaient exploré et dépeint ces paysages fantastiques, et les mœurs de leurs habitants… François, surtout, que ses treize ans rendait plus réceptif que ses sœurs, n’arrêtait pas de lui réclamer des détails supplémentaires…

Mais c’est vrai que cette année avait été une folie ! Le petit capital qu’ils avaient pu  constituer pendant leur mission avait largement fondu, Éric ne leur refusant aucun plaisir pendant leur ‘année sabbatique’. Les prix de l’immobilier avaient flambé en France, et Éric n’avait pu obtenir qu’un poste de professeur de lettres et histoire-géographie, dans un collège de banlieue, et ils n’avaient pu acheter que ce cinq pièces à la périphérie de la petite ville de province…

Cloddie ne pu rester au lit une minute de plus. Elle jeta un coup d’œil au réveil : Même pas cinq heures. Ne pas réveiller Éric, surtout. Enfiler sa robe de chambre, aller dans la petite cuisine, mettre la radio en sourdine et se faire un café pour essayer de penser à autre chose.

Pourtant, elle aimait tant, il n’y a pas si longtemps, se blottir contre lui, et replonger dans le sommeil : il grognait un peu, la prenait dans ses bras, la caressait doucement… Quelquefois, ils faisaient l’amour, à moitié endormis… C’est ce qu’elle préférait, cette communion, presque comme un rêve…

*

Elle ne pouvait pas tenir Éric comme responsable de leurs déboires actuels. D’ailleurs, il faisait des efforts pour les sortir de cette médiocrité, essayait de plaisanter avec eux pendant les repas, consacrait ses week-ends à l’aider pour les courses et le ménage, malgré la lourde charge de préparer ses cours… Ses élèves, non plus, n’étaient pas des plus faciles ; pour le peu qu’il en disait, non pas méchants mais incapables de se concentrer plus de quinze minutes  d’affilé et il rentrait si épuisé… Il ne se plaignait jamais. Mais elle le sentait distant, comme éteint, agissant par routine plus que par envie…

Il lui disait que sa situation n’était que provisoire, qu’il allait retrouver, à l’Université, ce poste qu’il avait renoncé à accepter pour partir en Argentine. Au bout de deux ans d’attente, elle sentait qu’il n’y croyait même plus.

Et François, ces problèmes depuis la rentrée ! Il s’était fait de drôles de copains et, comme tous les timides, soutenu par le nombre, il s’était mis en avant lors d’un chahut collectif. Depuis, il était considéré comme une forte tête par l’administration du collège. Cela n’avait fait que le rendre plus révolté contre toutes les autorités, et, hier soir, une explication avec son père avait tourné au drame. Il avait menacé de ‘foutre le camp’ de cette baraque. « C’est tous des cons, il avait crié, toi le premier ! » Éric lui avait donné une baffe, la première de sa vie, et François s’était enfermé dans sa chambre… Comment allaient-ils se regarder ce matin ? Éric n’avait plus dit un mot depuis… Les filles non plus. Je les ai entendu chuchoter dans leurs lits. Trop bouleversée pour aller leur parler.

Tiens, à la radio, on parle encore de l’Argentine : “ L’Argentine dans l’œil du cyclone, le centre du désespoir. le point d’où l’on ne sait plus où aller : Quieta es el agua de la desgracia[1]  ” … La journaliste cite la veuve d’un célèbre chanteur de tango, qui survit en faisant des raviolis et des tagliatelles qu’elle troque, avec les gens du quartier, contre quelques fruits, du sucre, des oeufs ou cent grammes de café…  Elle a déjà vendu ses bibelots, les disques et les souvenirs de son mari pour payer le loyer. Il n’y a plus d’argent ni de travail dans le pays. Des associations de chômeurs se sont formées, qui émettent une sorte de monnaie, comme les SEL en France, pour organiser de grands marchés où les objets et services les plus divers sont échangés entre eux…

La journaliste est allé ensuite au Sunderland Club, où “ les couples du quartier, habillés avec une élégance d’une autre époque, se risquaient à des pas de tango si audacieux et si parfaits qu’ils semblaient faits de la même matière que les rêves. Ils ne laissaient transparaître aucune tristesse ; s’ils avaient des problèmes ce soir-là, ils les avaient oubliés[2].”

Il faudra qu’elle les appelle, leurs amis de là-bas. Quelle heure est-il à Buenos-Aires ? Minuit ? Peut-être ce soir, elle le fera. Cela fait si longtemps qu’elle n’a plus de nouvelles, à part quelques échanges de vœux en début d’année…

Cloddie a fini son café. Six heures et demie. Bientôt tout son petit monde va se lever. Elle prépare les bols du petit déjeuner et va dans la salle de bains faire un brin de toilette...

Chapitre 2…

 

* Vous pouvez imaginer une suite, et me la proposer : 

   

[1] Calme est l’eau de l’infortune. Premier mots d’un poème de G.Saavedra

[2] Ces deux passages sont tirés d’un article de T E Martinez, repris par Le Courrier International du 8 septembre 2001

Vos commentaires ?

Quelques textes personnels

Poèmes

Emploi du temps

Jour funeste

J'ai oublié...

Invitation au voyage

J'aime

Le Vieux lavoir

La Figale et la fourmi

La ballade du point virgule

Prose

Le temps élastique 

CopierCollerLaVie

Cloddie

Odeurs du pays perdu

Le bruit du vent  

Mon nouveau territoire

Fanfreluche

Ayayail !

Ysolde

Massacres  

Mes jeux de plume saisis au vol :

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Index des auteurs cités

Tout un site sur

Amour-Humour

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Les concours

2006 - Mots imposés

Liste des prix 

Vos textes et commentaires

Prose

Chansons et poésies

"courtes mais bonnes"

Bulletin de vote

Dépouillement

Classement des textes

Distribution des prix et commentaires

Oeuvres collectives

Alphabet des planètes

Correspondances

Je t'écris d'un pays lointain

Lettre de rupture 

Livre d'or      

Liens Amis

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Amour-humour 

soseducation.org/

histoires de chats

Tout mon grenier

poudreurs d'escampette 

Le monde de MARTHEMU

rj-mignard 

au pieddumur

Échanges de liens proposé

Envoyez des Cartes virtuelles gratuites